INTRODUCTION

Plusieurs personnes ont marqué l’histoire sportive à l’Université Laval. Au fil des ans, quelques courtes biographies ont été produites, notamment dans le cadre des recherches ayant mené à la réalisation du logiciel 150 ans d’histoire du sport à l’Université Laval (lien vers la page web). D’autres biographies ont aussi été produites pour de multiples occasions comme pour l’intronisation au mur Hommage au mérite du PEPS. Toutes ces biographies ont été réunies sur cette page.


Lucien Beaumont – Natation

En 1950, Lucien Beaumont est membre de l’équipe canadienne qui participe aux Jeux de l’Empire à Sydney en Australie. Il y est médaillé d’or au 110 verges style libre. Lors du même voyage, mais cette fois à Christchurch en Nouvelle-Zélande, Lucien Beaumont remporte le 100 verges style libre devant le champion olympique américain, J. McClean, établissant aussi un nouveau record.

L’année suivante, il établit de nouveaux records canadiens aux 100 verges style libre, au 40 verges style libre et au 50 verges style papillon. Il détient à ce moment 12 records provinciaux dans trois styles. La domination de Beaumont se poursuit en 1952 alors qu’il établit un record universitaire canadien au 100 verges style libre.


Monique Bédard – Bénévole

Monique Bédard ne laisse personne indifférent. Et c’est tant mieux pour les organismes qu’elle fréquente. Pas de faux-fuyant, pas d’excuse. Du travail direct, bien fait, organisé.

Son implication avec le Club d’athlétisme Rouge et Or de 1981 à 1991, dont six ans à titre de présidente, fut remarquable. Un nouvel élan fut imprimé à ce club dans le sens de la refonte de sa mission et de ses règlements généraux, mais aussi dans la mise sur pied de campagnes de financement originales.

En marge de cette action administrative locale, elle s’engagea au niveau de la Fédération d’athlétisme du Québec de 1987 à 1991. Son apport au Rouge et Or fut déterminant.

Intronisée le 29 mars 1996


Paul Bélanger – Bénévole

Homme d’engagement, Paul Bélanger a épousé la cause du badminton à l’Université Laval en 1987. Il fut à cette époque membre du conseil d’administration du club ÉLITEQ Québec, organisme qui était chargé du développement de l’élite régionale en badminton, tant au niveau universitaire que provincial. Il devint président du Club l’année suivante pour redevenir simple membre deux ans plus tard. Depuis 1996, il est de retour à la barre du conseil d’administration du club désormais prénommé Club de badminton Rouge et Or de l’Université Laval.

Un des nombreux faits d’armes de Paul Bélanger, et sûrement l’une de ses plus chères réalisations, est sans nul doute l’organisation du Championnat canadien de badminton en 1999. L’événement, échelonné sur une période de plus d’un mois, s’est tenu au PEPS et fut couronné d’un vif succès. M. Bélanger qui présidait alors le comité organisateur a été honoré comme bénévole de l’année par la Fédération québécoise de badminton.

L’amour du sport et l’attachement de Paul Bélanger pour son organisation auront donc permis au Club de badminton Rouge et Or de faire sa place au sein du programme d’excellence de l’Université Laval. Les défis ont toujours été de taille et Paul Bélanger a toujours su les relever avec enthousiasme et détermination.

Intronisé le 1er avril 2003


Sylvie Bernier – Athlète

Membre de l’équipe de plongeon de l’Université Laval de 1974 à 1982, cette grande championne a réjoui le Canada tout entier en remportant la médaille d’or (3 m) aux Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles. Cette médaille fut le résultat d’une volonté inébranlable, d’un travail opiniâtre et d’une préparation impeccable.

La jeune Fidéenne venait de transporter le plongeon québécois à des paliers encore jamais atteints. Sylvie complétait ainsi et de la plus belle façon qui soit, une carrière de plus de 10 ans. Elle œuvre dans le monde des communications.

Intronisée le 29 mars 1996


André Bertrand – Athlète

Le nom d’André Bertrand est synonyme de ski. Ses exploits tout autant que son implication dans cette discipline resteront gravés dans l’histoire du sport de la région de Québec. Dès 1950 à Banff, il fut champion canadien de ski alpin junior et toutes catégories. Deux ans plus tard, comme membre de l’équipe nationale, il participa aux Jeux olympiques d’Oslo (Norvège) et fut couronné champion des Jeux du Commonwealth à Davos (Suisse).

Champion canadien et interuniversitaire nord-américain en 1954, il se préparait alors pour les Jeux olympiques de Cortina d’Ampezzo (Italie) en 1956. Porteur du drapeau canadien à la cérémonie de fermeture, il mettait ainsi un terme à sa carrière. Le nouvel ingénieur (Laval ’55) refusa pour des motifs professionnels l’invitation pour les Jeux olympiques de Squaw Valley (USA).

André Bertrand eut cette remarquable carrière de skieur tout en faisant la promotion de cette discipline. Son travail d’entraîneur de ski alpin et nordique pour l’équipe Rouge et Or de 1950 à 1970 en témoigne.

Intronisé le 29 mars 1996


Marcel Bérubé – Bénévole

Visionnaire et homme de passion, Marcel Bérubé a joué un rôle de premier plan dans les succès obtenus par les équipes de volleyball Rouge et Or. Au fil des ans, il a su s’entourer de gens d’affaires crédibles et dévoués qui ont pavé la voie pour donner à ce club des résultats exceptionnels. Au cours de cette décennie passée à la présidence, ses équipes ont cumulé pas moins de dix titres provinciaux chez les hommes, huit chez les femmes et autant de participations au championnat canadien.

L’année 2005-2006 fut certes la consécration de tous les efforts d’un groupe qui a à cœur le développement du volleyball à Québec, alors que l’équipe féminine remporta un premier titre canadien en 34 ans d’histoire après une saison parfaite de 37 victoires en autant de parties.

Le Club de volleyball a toujours su innover et créer un « happening » avec chacun des événements qu’il organise. Que ce soit à travers des matchs à saveur internationale ou des activités de financement tels que les tournois récréatifs ou les soupers bénéfices dont il fut l’instigateur, Marcel Bérubé insuffle au Rouge et Or une réputation des plus enviables dans l’organisation d’événements.

Le prestigieux championnat canadien disputé à huit reprises au PEPS pendant 10 ans figure également au palmarès des succès remportés par l’organisation du Rouge et Or. Bien qu’il soit un entrepreneur fort occupé, Marcel Bérubé, a toujours trouvé le temps de s’investir dans les nombreuses réunions du Club, de solliciter des commanditaires, d’assister aux rencontres sportives et d’épauler les entraîneurs. Son intégrité, son leadership, ses très nombreux contacts et son grand respect des individus, ont été des atouts précieux au sein du Club de volleyball.

Parallèlement à son engagement bénévole au sein du Rouge et Or, ce président du Groupe Perspective, une firme spécialisée en ressources humaines, s’est impliqué dans plusieurs causes communautaires et sociales dont la Société du 400e anniversaire de Québec, Cité Joie et Centraide.

Intronisé le


Yves Bigué – Bénévole

Guidé par sa passion pour le sport qu’il pratique régulièrement, Yves Bigué s’est joint au conseil d’administration du Club de volleyball Rouge et Or en 1990. Son alliance avec le club s’échelonnera jusqu’en 2003. Pendant ces treize années, il aura occupé le poste de président du championnat universitaire canadien de volleyball pendant six ans.

Malgré des budgets limités, le comptable de profession a su garder le club en bonne santé financière. Il a aussi contribué à faire connaître le Rouge et Or à l’extérieur des murs de l’Université Laval.

Yves Bigué affiche un palmarès impressionnant en tant qu’organisateur d’événements d’envergure. Il compte à sa fiche sept championnats universitaires, cinq matchs internationaux de l’équipe nationale canadienne au PEPS, seize rencontres internationales ou nationales impliquant le Rouge et Or et sept tournois nationaux.

Afin de mener à bien ses entreprises, Yves Bigué sait mettre à profit ses qualités de rassembleur pour s’entourer de gens compétents. Prêt à relever ses manches quand le moment l’exige, son sens des responsabilités et son dynamisme font de lui un travailleur acharné. Il peut aussi compter sur une imagination débordante et un sens de l’écoute exceptionnel.

Intronisé le 6 avril 2004


Gino Brousseau – Athlète

Gino Brousseau est un exemple d’intensité et de dépassement. Il a laissé un incroyable sentiment de fierté dans le milieu du sport d’élite à l’Université Laval en conduisant, en 1990, le Rouge et Or volleyball au premier championnat universitaire canadien de l’histoire de l’Université Laval. Il en fut le joueur par excellence. Sa carrière universitaire de quatre ans prenait fin sur ces moments de haute intensité.

Tout en invitant par son exemple les autres athlètes Rouge et Or à emprunter le chemin de l’excellence sportive, il a quitté l’Université avec un championnat canadien et un diplôme en gérontologie. Il a poursuivi son cheminement d’athlète avec l’équipe nationale du Canada tout en se tournant avec succès vers le volleyball professionnel français et puis japonais où il a excellé.

Intronisé le 29 mars 1996


Raymond Cadieux – Hockey

Raymond Cadieux fut joueur d’avant membre de l’équipe de hockey Rouge et Or en 1962-1963. Il portait le no.10. «En 1964, il était membre de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques d’Innsbruck en Autriche. Raymond Cadieux a étudié en commerce.


Michel Cazes – Athlète

Michel Cazes a écrit un chapitre important de l’histoire du volleyball à Laval. Arrivé au PEPS en 1990 avec déjà quatre championnats canadiens juniors et collégiaux à son palmarès, il participe à la conquête d’un premier championnat universitaire canadien dans l’histoire du Rouge et Or. Il en ajoutera deux autres en 1992 et en 1994, année où il fut choisi le joueur par excellence du championnat et nommé l’athlète universitaire de l’année au Canada.

Avec son diplôme de géographie (1994) en poche, Michel Cazes mettait fin à une carrière exceptionnelle dans les rangs universitaires. Joueur talentueux et tenace, il fut une source d’inspiration constante pour ses coéquipiers. Un joueur d’équipe et un vrai gagnant.

Comme son ami Gino Brousseau, il s’est joint à l’équipe nationale du Canada et a poursuit sa carrière dans les rangs professionnels en Europe.

Intronisé le 29 mars 1996


Richard Chouinard – Athlète, entraîneur, administrateur

Le nom de Richard Chouinard est synonyme de performance et de persévérance. Lié au Club d’athlétisme Rouge et Or pratiquement depuis ses premiers balbutiements, Richard fut de tous les événements majeurs.

Athlète émérite en course de fond au sein du Club de 1972 à 1981, Richard Chouinard a reçu le titre d’athlète de l’année à l’Université Laval en 1974. Durant cette période, il a même réalisé en 1979, la meilleure performance mondiale pour un ultramarathon de 100 km.

Richard a par la suite occupé différents postes au sein du Club d’athlétisme. Entraîneur-chef du Club de 1982 à 1993, il fut également entraîneur des coureurs de fond, discipline qu’il encadre toujours avec ferveur. Ses qualités d’entraîneur lui ont d’ailleurs valu d’être nommé entraîneur de l’année de la région de Québec à deux reprises, en 1986 et en 1988. Elles lui ont permis également de prendre part à deux Jeux olympiques (à Séoul en 1988 et à Barcelone en 1992) en tant qu’entraîneur personnel de la marathonienne Odette Lapierre.

Administrateur et organisateur hors pair, Richard Chouinard fut le maître d’œuvre de 1981 à 2014, des 10 km de l’Université Laval, épreuve annuelle qui réunit des coureurs et coureuses de partout. Il fut aussi de plusieurs organisations, dont les Jeux de la Légion tenus à l’Université Laval en 1988. La Fédération québécoise d’athlétisme lui a d’ailleurs décerné le titre d’administrateur de l’année en 1988.

Pendant plus de trente ans, Richard Chouinard aura donc marqué le monde de l’athlétisme. Sa ténacité et son dévouement nous laissent croire qu’il y sera encore pour plusieurs années.

Intronisé le 1er avril 2003


Gilles D’Amboise – Administrateur

En quittant son Bas-du-Fleuve natal au début des années 70, Gilles D’Amboise était loin de se douter de tout l’héritage qu’il laisserait derrière lui 40 ans plus tard. Un héritage pour le monde sportif universitaire québécois certes, mais aussi pour tous les athlètes, d’élite ou de participation, qui aspirent s’entraîner dans les meilleures conditions possibles.

La carrière d’éducateur physique à laquelle il se destinait au départ a rapidement fait place à sa véritable destinée. Nommé au poste de directeur du Service des activités sportives de l’Université Laval en 1987 alors qu’il n’avait que 35 ans, Gilles D’Amboise n’a pas tardé à se créer une solide réputation d’administrateur et de gestionnaire sur l’échiquier provincial. Membre de nombreux conseils d’administration tout au long de sa carrière de directeur des sports, il s’est forgé une crédibilité indéniable en défendant les valeurs qui l’ont toujours honoré. Ses qualités de rassembleur, même dans les moments critiques, font l’unanimité chez ses pairs.

Gilles a été de tous les combats. Au sein de la Fédération québécoise du sport étudiant dont il a été vice-président pendant plusieurs années, il a permis au sport pratiqué en milieu scolaire d’acquérir des lettres de noblesse. Administrateur vétéran de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, il est de ceux qui ont cru dès le départ que les étudiants-athlètes québécois pouvaient réussir les plus grandes choses, atteindre les plus hauts sommets, en compétitionnant au sein d’un réseau toujours plus relevé tout en évitant de s’expatrier.

Ses 17 années à titre d’administrateur puis de président du Gala de l’athlète de l’année de la région de Québec et Chaudière-Appalaches demeurent également un fait d’armes en soit, ayant porté à bout de bras une organisation qui luttait chaque année pour sa survie et qui, quelques années plus tard, a fait figure d’événement phare quant à la reconnaissance du sport amateur dans la région de la Capitale-Nationale. La renommée et la croissance de l’Opération Nez Rouge au fil des ans représentent un autre exemple des histoires à succès dont il est à l’origine.

Sa prudence légendaire lui a servi plus d’une fois, mais ce sont ses valeurs et sa vision qui lui ont permis d’accomplir ses plus grands projets. Des projets qui allaient devenir quelques années plus tard, ceux de tout un campus, de toute une communauté régionale, de tout un réseau provincial. Parmi ceux-ci, la mise sur pied d’une équipe de football universitaire à l’Université Laval. Aidé de quelques hommes d’affaires de la région, il a mis sur pied un programme de football qui, après seulement 18 ans, fait figure de référence d’un océan à l’autre et qui s’impose comme une dynastie. Le mode d’opération en cogestion si cher au programme Rouge et Or et le succès qu’il connaît chez toutes les équipes d’excellence sportive de l’Université Laval sont tributaires de son acharnement et de sa volonté de voir un programme universitaire revivre après des temps plus durs.

Cet homme de vision, qui n’a jamais craint de retrousser ses manches et de redoubler d’ardeur dans les situations difficiles, allait voir un autre de ces projets se réaliser, juste avant de tirer sa révérence. Probablement celui qu’on peut qualifier du plus grand projet de sa vie et qu’il a mené pendant plus de dix ans, le Projet régional d’agrandissement du PEPS. Contre vents et marées, face à de multiples politiciens qui se sont succédé au rythme des élections municipales, provinciales et fédérales, Gilles D’Amboise a su maintenir le cap, surmonter les obstacles et réussi à pourvoir la région de Québec d’un centre d’entraînement régional digne de ce nom avec des installations de qualité et des plateaux de compétitions uniques. La première phase du complexe intérieur de soccer a vu le jour en janvier 2012 alors que la livraison finale des nouveaux locaux du PEPS s’est faite en août 2013. Le nouveau PEPS est plus que jamais à l’image de celui qui l’avait imaginé dix ans plus tôt.


Jean-Marie de Koninck – Entraîneur

Quand on parle de Jean-Marie de Koninck, on a l’impression qu’il fait partie du Rouge et Or natation depuis toujours. Nageur lui-même durant ses études à l’Université, il devient entraîneur de l’équipe en 1978. Dès 1979, il fut nommé entraîneur universitaire de l’année au Canada. Son dévouement et le souci de l’excellence qu’il a toujours démontré ont placé l’équipe de natation à un niveau d’organisation et de fonctionnement enviable.

Très impliqué dans les milieux de la natation, Jean-Marie de Koninck est membre du Conseil d’administration de la Fédération de natation du Québec et fut élu au Temple de la renommée de la natation québécoise en 1992.

À titre de président-fondateur de l’Opération Nez rouge, il a reçu plusieurs prix, dont l’Ordre du Canada en 1994.

Intronisé le 29 mars 1996


Paul-Henri Fortin – Bénévole

Paul-Henri Fortin a découvert le patinage artistique à 46 ans. Mais au PEPS, en même temps, le patinage artistique découvrait Paul-Henri Fortin.

Amateur d’art et de beauté, fasciné par cette discipline, il s’engagea dans la voie d’une implication généreuse où son dévouement deviendrait sa marque de commerce. Cet inconditionnel promoteur du patinage artistique ne compte pas les heures pour aider le Service des activités sportives à maintenir son encadrement, et ce, pendant plusieurs années.

Paul-Henri Fortin est un exemple pour la jeunesse et une inspiration grâce à son programme sport-travail.

Intronisé le 29 mars 1996


Paul Geoffrion – Administrateur

La carrière de Paul Geoffrion s’inscrit à l’enseigne du dévouement. Après une courte carrière d’entraîneur de basketball du Rouge et Or en 1952-1953, il devient gérant de la Commission athlétique de 1953 à 1965 pilotant le dossier du sport à l’Université Laval. Il poursuit sa tâche jusqu’en 1969 comme directeur des sports par intérim.

Fidèle à ses convictions et motivé par les besoins grandissants en matière de pratique sportive, il se prépare avec d’autres à l’arrivée d’installations sportives spectaculaires en 1970. Il travaillera au PEPS jusqu’en 1979 comme adjoint administratif.

Intronisé le 29 mars 1996


Pierre Harvey – Athlète

En 1984, Pierre Harvey réussit l’exploit de participer aux deux Olympiades à Sarajevo en Yougoslavie en ski de fond et à Los Angeles aux États-Unis en cyclisme. Pour lui, il s’agissait d’une réalisation exceptionnelle. Depuis 1974, le cyclisme l’avait menée à Lausanne (Suisse) pour les Jeux du Commonwealth et à Puerto Rico pour les Jeux panaméricains.

Les succès furent encore plus spectaculaires en ski de fond. Membre de l’équipe nationale et champion canadien de 1981 à 1988 et athlète de l’année à l’Université Laval en 1977-1978 et en 1980-1981. Il fut membre de l’équipe de ski de fond Rouge et Or de 1977 à 1981. Ingénieur (Laval ’81), Pierre Harvey reçut l’Ordre du Canada en 1989.

Intronisé le 29 mars 1996


Marcel Jobin – Bénévole

Marcel Jobin est un bénévole d’impact. Son association avec le Rouge et Or natation fut le début d’une ère de solidité et de prospérité pour le club. Philanthrope et homme de plusieurs causes, il campa dès le départ son rôle de promoteur dans des allures de collaborateur discret, mais efficace.

Marcel Jobin est président du Club de natation Rouge et Or depuis 1986, année coïncidant avec son association avec l’Opération Nez rouge. Il multiplia les efforts pour que l’Opération Nez rouge témoigne de l’importance du défi de l’excellence du Rouge et Or, de son engagement social et de ses préoccupations financières.

Marcel Jobin a été décoré de l’Ordre du Canada.

Intronisé le 29 mars 1996


Gilles Joncas – Bénévole

Depuis l’ouverture de l’aréna du PEPS en 1975, Gilles Joncas a pris les choses en mains. Amateur de hockey et possédant un tempérament de leader, il devint capitaine d’une équipe intra-universitaire.

Plus de 20 ans plus tard, il est encore capitaine d’une équipe et collabore avec les responsables du circuit pour maintenir le programme de fair-play mis de l’avant par le coordonnateur des activités intra-universitaires.
Gilles Joncas, patient, diplomate et communicateur, est un modèle d’esprit sportif. Sa présence dans les ligues est rassurante. Un gage de stabilité.

Intronisé le 29 mars 1996


Lucille Lessard – Athlète

Lucille Lessard a réalisé une formidable carrière en tir à l’arc. Son attitude réservée, son sérieux à l’entraînement et sa concentration en compétition lui permirent de connaître rapidement le succès.

Dès 1974, à Zagreb en Yougoslavie, elle surprit le monde du tir à l’arc en gagnant le championnat mondial (parcours de chasse). Cette médaille d’or fut le fait saillant de ses 10 ans avec l’équipe nationale, période riche en réussites de toutes sortes.

Sa patience, sa détermination et un encadrement très professionnel l’ont menée également vers quatre championnats nationaux (76, 77, 78 et 80). Lucille Lessard a certainement marqué l’histoire du sport à l’Université Laval, mais aussi dans toute la région.

Intronisée le 29 mars 1996


Georges Lantagne – Bénévole

Georges Lantagne a toujours travaillé dans les meilleurs intérêts du volleyball universitaire. Au début des années 70, comme joueur et comme leader du Rouge et Or. Sa carrière le préparait à un rôle différent, mais important.

Abandonnant son statut de joueur, l’ingénieur (Laval ’72) prend la relève comme bénévole au sein du conseil d’administration. Année après année, travailleur dans l’ombre offrant régulièrement ses loyaux services, Georges mérite l’estime et la considération de tout le milieu du volleyball de la région de Québec.

Pour tous, Georges Lantagne est synonyme de continuité et d’engagement.

Intronisé le 29 mars 1996


Odette Lapierre – Athlète

La Grande Dame de la course à pied de la région de Québec, membre du Club d’athlétisme Rouge et Or, a d’abord brillé sur 10 000 mètres avant de s’attaquer à la distance du marathon. Son chrono de 33 :22 est assez éloquent sur 10 kilomètres.

Ses meilleures performances devaient cependant survenir au marathon. De 1986 à 1996, elle fut la meilleure Canadienne sur la scène internationale. Médaillée de bronze aux Jeux du Commonwealth à Édimbourg (Écosse) en 1986, avec un temps de 2 :31 :48, elle enchaîne deux ans plus tard avec une troisième place à Boston en 2 :30 :35 et une onzième place aux Jeux olympiques de Séoul (Corée du Sud) en 2 :30 :57.

Honorée à maintes reprises au Québec, Odette Lapierre eut toutefois la distinction d’être élue athlète de l’année à l’Université Laval en 1984-1985, 1985-1986, 1988-1989 et 1992-1993.

Intronisée le 29 mars 1996


Philibert L’Écuyer

Étudiant à l’École supérieure de chimie de l’Université Laval, dont le directeur était l’abbé Alexandre Vachon, Philibert L’Écuyer décroche la prestigieuse bourse Rhodes en 1933. Nommé directeur de la Commission des sports par le recteur en 1947, il occupe ce poste jusqu’en 1964. Il en assume en plus la présidence de 1958 à 1969.

De 1945 à 1947, il organise des classes d’une soixantaine d’étudiants en sciences et, en multipliant les séances, réussit à faire réaliser une heure d’exercice par semaine. Il organise dans les locaux du Séminaire de Québec et d’autres institutions des rencontres intra-muros.

En 1948, il est l’auteur d’une esquisse d’un gymnase sur le campus à Sainte-Foy. À sa demande, M. Rosaire Gingras propose à l’Exécutif de l’Université de mandater l’Association des Anciens pour l’organisation des sports et le soutien financier.

En 1949, il obtint la permission d’inscrire l’Université Laval dans la Canadian Intercollegiate Athletic Union, (C.I.A.U.).


Julie Lefebvre – Personnel

Faire plus. Se dépasser. Épouser une cause. Voilà Julie Lefebvre, sauveteuse et intervenante en formation aquatique durant cinq ans.
Exemple du don de soi et d’une attitude de disponibilité sans pareille, elle a contribué au développement du secteur de médaille de bronze et de sauveteur national du Programme des activités d’initiation et de perfectionnement du SAS.

Elle n’a pas hésité à appuyer le Service des activités sportives dans ses efforts de promotion du sauvetage. Propagandiste de tous les instants, Julie Lefebvre a même conduit l’équipe de l’Université Laval au Championnat canadien de sauvetage en 1989.

Intronisée le 29 mars 1996


Richard Malouin – Intervenant

Rien ne laissait présager dans les années 80 que l’escalade connaîtrait une telle popularité. Richard Malouin y croyait pourtant. Sa ténacité, sa patience et son initiative ont été des atouts de taille quand est venu le moment de convaincre les autorités du Service des activités sportives de bâtir le premier mur d’escalade intérieure.

Visionnaire qu’il était, Richard Malouin fut de tous les projets visant à mettre sur pied un programme d’escalade bien structuré au PEPS. Il a élaboré les plans pour le premier mur d’escalade intérieure et il en a même réalisé la construction. Il est aussi l’instigateur des premiers cours d’escalade offerts par le Service et de leur contenu. Encore aujourd’hui, plusieurs années après son départ, les croquis de Richard Malouin reflètent les dernières installations d’escalade intérieure réalisées au PEPS.

Le programme d’escalade du Service des activités sportives jouit plus que jamais d’une renommée exceptionnelle dans la région et possède un pouvoir d’attraction incomparable. Les sommets atteints reflètent les efforts d’un précurseur et sont à la hauteur de ce que Richard Malouin aurait pu espérer.

Intronisé le 12 avril 2005


Jacques Métras – Hockey

Jacques Métras fut un joueur de défense, membre de l’équipe de hockey Rouge et Or de 1963 à 1967 et portant le no. 2. Il représente le Canada sur l’équipe nationale B au tournoi de l’Izvestia à Moscou en 1967. Il étudiait la médecine.

Nancy Mimeault – Personnel
Nancy Mimeault fut gérante du Programme des activités d’initiation et de perfectionnement du Service des activités sportives pendant cinq ans. Des années exceptionnelles pour ce secteur. Elle a affiché un professionnalisme, un esprit innovateur, mais surtout un dynamisme qui a marqué le programme et aussi tout le Service.

Elle fut un modèle pour les employés, facilitant le processus de gestion du personnel par une attitude participative. Nancy Mimeault a présenté un modèle de gestion souple ayant été à la base du développement d’un partenariat essentiel avec les autres utilisateurs de la piscine.

Intronisée le 29 mars 1996


Hélène Morneau – Athlète – bénévole – officielle

Le monde du plongeon n’a plus aucun secret pour Hélène Morneau. Athlète émérite de la discipline dans les années 70 (elle a été championne canadienne universitaire et athlète de l’année Rouge et Or en 1978), elle y demeure vivement impliquée après sa retraite sportive. Elle porte tour à tour les chapeaux de juge, de présidente de la Commission de l’Élite, de mentor dans le Programme de mentorat de Plongeon Canada et de membre puis directrice générale du Comité des officiels nationaux de Plongeon Canada. Sa brillante carrière d’officielle l’a conduite aux quatre coins de la planète et à ce jour, elle a officié dans plus de 60 compétitions sur le plan international tels des Championnats du monde, des Jeux du Commonwealth, des Jeux mondiaux universitaires et des Jeux panaméricains. Au terme de l’année 2009, elle a mérité de prestigieux honneurs reliés à sa carrière dont celui d’officiel de l’année, tous sports confondus, au Gala Victoris Desjardins de la région de Québec et Chaudière-Appalaches puis au Gala de Sports-Québec. En 2004, Plongeon Canada lui remettait le prix John Dickinson pour souligner sa contribution exceptionnelle au sport du plongeon.

Pendant plus de 10 ans, Hélène Morneau a assuré la présidence du Club de plongeon Rouge et Or, club qui a mérité le statut de Club de calibre mondial de Plongeon Canada. Elle a, par la bande, présidé à l’organisation de six Championnats nationaux ayant eu lieu au PEPS. Chaque fois, l’événement s’est attiré les éloges des gens du milieu et des médias. Parallèlement à sa passion pour le plongeon, elle mène une carrière active de physiothérapeute et elle est la mère de quatre enfants, dont deux plongeurs du Rouge et Or!

Hélène Morneau a été intronisée au mur Hommage au mérite du PEPS le 14 avril 2010.

Intronisée le 14 avril 2010


Gaétan Parent – Conseiller

Un rassembleur, s’il en est un, doué pour la persuasion avec une attitude impeccable. Gaétan Parent est un conseiller sûr, présent dans son milieu et très engagé dans les causes qu’il défend.

De 1980 à 1996, il a été impliqué dans le Programme des activités intra-universitaires du Service des activités sportives en étant capitaine au racquetball, au softball et au hockey-bottines. Des tâches de leader qui l’ont amené à manifester ses qualités. Sa contribution aux activités est indéniable.

Intronisé le 29 mars 1996


Germain Pépin – Bénévole

C’est en 1991 que Germain Pépin amorce son association au sein du programme d’excellence sportive Rouge et Or. Fortement engagé à l’intérieur du conseil d’administration du Club de volleyball, il a été l’un des principaux architectes du financement des activités de cette équipe. Jusqu’en 2005, son implication directe dans la sollicitation et la négociation avec les partenaires a contribué significativement à établir de solides bases de financement, lesquelles ont permis d’assurer le fonctionnement et la pérennité de ce club.

Pendant son affiliation avec le Club de volleyball, Germain Pépin a aussi contribué grandement à la venue et au financement de plusieurs événements d’envergure dont sept championnats canadiens de SIC. Bénévole de l’année du Club de volleyball à cinq reprises, il a, entre autres, occupé le poste de président de 1996 à 2000. Un autre fait d’armes à signaler réside dans son rôle d’instigateur de la venue de la RBC Banque Royale à titre de commanditaire majeur du Fonds Rouge et Or.

Après s’être dévoué à la cause du volleyball, il fut membre à part entière du conseil d’administration du Club de golf Rouge et Or. Trésorier de l’équipe en 2005-2006, il a été membre du Comité des bourses accordées aux athlètes en plus d’assumer la responsabilité de l’organisation de l’Omnium Swing de golf. Il a été également étroitement associé à la négociation d’une entente d’envergure, à moyen terme, avec l’Association Royale de golf du Canada confirmant la reconnaissance de la qualité du Club Rouge et Or sur la scène canadienne. Au cours de ces trois années avec l’équipe de golf, il fut très actif au chapitre du démarchage de nouveaux partenaires.

C’est avec fierté que le Service des activités sportives intronise, ce soir, Germain Pépin au tableau d’honneur du Hall de la renommée du PEPS.

Merci pour ton engagement, ta fidélité, ta générosité et ton dévouement à la cause Rouge et Or.

Intronisé le 10 avril 2007


Claude Pesant – Bénévole

Après avoir connu des heures de gloire dans les années ’70, le handball à l’Université Laval a vécu une période d’incertitude au début des années ’80. En 1985 cependant, Claude Pesant renversa la vapeur et redonna à cette discipline les lettres de noblesse auxquelles elle avait droit.

Claude Pesant a œuvré au sein du conseil d’administration du Club de handball l’Estran de l’Université Laval de 1985 à 1990, années où sa fille Marie-Claude a évolué pour l’équipe. De vice-président qu’il était au début, il accepta en 1987 le poste de président du conseil. Sous son règne, la destinée du Club de handball devait connaître une période faste.

Ses qualités d’administrateur lui ont permis de remettre le handball québécois sur la sellette. En 1986 et en 1990, Claude Pesant organisa deux championnats canadiens de handball à l’Université Laval. Il fut également le principal instigateur de la Coupe Estran qui se tenait une fois l’an au PEPS. La Fédération québécoise de handball a d’ailleurs reconnu son implication au moment de son départ en 1990.
Claude Pesant restera à jamais un exemple de détermination et de persévérance pour les générations à venir.

Intronisé le 1er avril 2003


Jean-Paul Poulin – Entraîneur

Jean-Paul Poulin n’a pas connu l’aréna moderne du PEPS. Mais de son château-fort, l’aréna du Parc Victoria, il dirigeait rondement ses étudiants-athlètes hockeyeurs. De 1953 à 1968, son Rouge et Or batailla ferme dans le circuit universitaire canadien. Une carrière de 15 ans remplie de beaux souvenirs.

Doté d’une mémoire phénoménale, il était aussi un travailleur passionné et infatigable. Malgré les objectifs de performance associés à ce genre d’activités, Jean-Paul Poulin fut reconnu comme un entraîneur à la philosophie du plaisir au jeu. Cet aspect de sa personnalité grandit encore sa réputation d’intervenant de fort calibre.

Intronisé le 29 mars 1996


Jean Pouret – Entraîneur-bénévole

La passion de Jean Pouret pour l’athlétisme est incalculable et elle transparaît dans toutes ses actions. Impliqué dans le monde de l’athlétisme à l’Université Laval pendant 38 ans, il fut d’abord entraîneur de lancers et d’épreuves combinées pendant 34 ans avant d’assurer la présidence du Club d’athlétisme Rouge et Or de 2005 à 2009. Ses compétences et sa polyvalence ont fait de lui un leader dans le domaine de l’athlétisme à l’Université Laval, dans la région de Québec et à travers toute la province.

En 1971, Jean Pourret a fondé la première version d’un club pouvant servir de base pour le développement de l’athlétisme dans la région de Québec et qui allait plus tard devenir le Rouge et Or. Dès le début de son implication, son approche pédagogique de l’entraînement lui a permis de se démarquer comme entraîneur. Il a toujours été présent pour ses athlètes, mettant tous les efforts pour les faire évoluer dans leur discipline, mais aussi en tant que personne. Pendant toute sa carrière, il a conjugué enseignement de l’éducation physique et entraînement en athlétisme pour continuer à donner aux jeunes le goût de faire de sport. Son leadership et son respect des athlètes ont permis de créer chez ceux-ci, une volonté de rester impliqués dans le domaine de l’athlétisme.

Parallèlement à son association avec le Rouge et Or, Jean Pouret a œuvré au sein de l’équipe nationale paralympique pendant quelques années. L’Association canadienne paralympique lui a d’ailleurs souligné sa reconnaissance en lui remettant un prix à la suite des Championnats du monde de 2006 au Pays-Bas. Il a aussi reçu un certificat honorifique de l’Assemblée Nationale en reconnaissance du bénévolat effectué auprès de la collectivité dans son comté de Louis-Hébert.

Jean Pouret a été intronisé au mur Hommage au mérite du PEPS le 7 avril 2009.

Intronisé le 7 avril 2009


Marc Roy – Bénévole

Bénévole très actif, Marc Roy fait sa marque avec le Club de volleyball Rouge et Or comme président depuis 1987. Un règne fructueux au cours duquel l’équipe masculine a remporté trois championnats universitaires canadiens.

Pendant que les équipes performaient sur le terrain, Marc Roy et ses collaborateurs plaçaient l’organisation dans une position financière nettement plus avantageuse. Ses efforts pour trouver des partenaires financiers sérieux, pour regrouper les parents d’athlètes et pour solidifier une tradition d’excellence depuis longtemps souhaitée rapportèrent des dividendes heureux. Marc Roy a performé à sa façon. Les destinées du club sont entre bonnes mains depuis son arrivée.

Après son association avec le club de volleyball, Marc Roy a joué le même rôle pendant quelques années avec le club de golf Rouge et Or.

Intronisé le 29 mars 1996


Marie Tardif et Serge Baribeau – Bénévoles

Marie Tardif et Serge Baribeau sont deux personnes de cœur, dont la générosité et l’engagement ont fortement contribué à faire du Club de basketball Rouge et Or une organisation reconnue et respectée partout au Canada.

Fortement engagée au sein du Conseil d’administration de cette équipe, Marie Tardif a coordonné de 1997 à 2007, de concert avec son complice, les destinées du Camp de perfectionnement estival en basketball. Très populaire depuis sa création, ce camp avait attiré jusqu’à son départ près de 2 000 filles et garçons âgés de 12 à 17 ans et désireux de parfaire leurs habiletés et leurs techniques de jeu. Marie s’est impliquée aussi activement dans l’organisation de la Classique Lactantia qui accueille annuellement plus de 1 000 jeunes adeptes du basketball. Au-delà des simples sources de financement, ces deux activités se veulent aussi des occasions pour les jeunes de côtoyer les joueuses et les joueurs du Rouge et Or, de même que des activités de sensibilisation et de recrutement à moyen et à long terme visant à préparer et à intéresser la relève.

De son côté, Serge Baribeau est un ancien de l’équipe masculine de basketball qui a porté avec brio les couleurs du Rouge et Or de 1976 à 1979. Reconnu pour sa vitesse et sa détermination sur le terrain, cet athlète a gradué en droit et a pratiqué la profession d’avocat durant la première partie de sa vie professionnelle. Depuis quelques années, il est devenu un homme d’affaires avisé œuvrant dans le domaine de la construction résidentielle, après avoir consacré quelques années à la fabrique de meubles, dans l’intervalle.

Associé au retour de l’équipe masculine au sein du Rouge et Or au début des années 90, Serge a occupé diverses fonctions administratives au sein du club, dont celle de président de 1994 à 2004.
Durant toutes ces années, il a été un agent de développement infatigable et passionné, ne comptant pas les heures et ne regardant pas à la dépense « personnelle », sur tous les plans, pour recruter les meilleurs éléments, en commençant par l’entraîneur-chef de l’équipe masculine à l’époque, Jacques Paiement.

Intronisés le 11 avril 2006


Gilles Viel – Bénévole

Gilles Viel a été le tout premier à croire que le volleyball avait sa place dans le nouveau PEPS de 1970 et à donner les élans nécessaires à cette discipline pour qu’elle puisse atteindre les sommets.

Brièvement entraîneur du Rouge et Or et gérant de l’équipe, Gilles Viel a surtout fait sa marque comme bénévole. De 1970 à 1982, il a canalisé les efforts des intervenants pour que le volleyball Rouge et Or ait une structure régionale à tous les niveaux. Depuis, il a poursuivi inlassablement son action pour la promotion de cette discipline.

Reconnu pour ses qualités de rassembleur et son sens de l’engagement, il épaule continuellement le Rouge et Or. Le volleyball régional lui doit beaucoup.

Intronisé le 29 mars 1996


PREMIÈRE ÉQUIPE DE DIRECTION DU PEPS

Paul Geoffrion
Nommé adjoint administratif, Paul Geoffrion réalise avec le Centre d’éducation physique un rêve qu’il caresse depuis fort longtemps. Gérant de la Commission athlétique de l’Université Laval depuis 1953, il eut à jouer un rôle de pionnier dans l’organisation des sports à l’Université Laval. Il assurera le lien entre ce qui était et ce qui sera et, pour une fois, il n’aura pas à travailler seul. L’administration d’un ensemble aussi vaste que le Centre d’éducation physique ne l’empêchera pas de continuer à œuvrer au niveau de différentes associations sportives.

Jean-Charles Gravel
Jean-Charles Gravel sera le responsable du sport interuniversitaire. Il demeure quand même entraîneur de l’équipe de hockey Rouge et Or. C’est un diplômé de l’Université Laval qui enseigne au département d’éducation physique depuis 1965 et qui a déjà fait excellente figure au hockey, au football, au basketball, au baseball, au golf et athlétisme. Il est membre de l’exécutif de l’Association canadienne des entraîneurs de hockey. Il a 31 ans.

Jean Lemieux
Le Pavillon du Centre d’éducation physique, Jean Lemieux le connaît jusqu’au bout des doigts pour en avoir conçu l’aménagement et les installations comme analyste-conseil en éducation physique et en récréation. Ancien directeur du Centre des loisirs St-Sacrement de Québec, c’est un instructeur de natation et de ski. Il rêve d’avoir les crédits nécessaires pour amorcer le programme d’aménagement des installations sportives extérieures du Centre d’éducation physique. Il cherche l’utilisation optimale des locaux et des équipements. Il a 31 ans.

Jacques Loiselle
Jacques Loiselle est le responsable du sport intramural et de la récréation physique. Il assumait depuis 1963 la direction du département d’éducation physique de l’Externat classique St-Jean-Eudes, devenu depuis le CEGEP de Limoilou. Il est membre actif de plusieurs associations sportives et a travaillé comme collaborateur aux Services des sports de la Fédération des loisirs de la région de Québec et la Confédération des loisirs du Québec. Âgé de 30 ans, il a comme mission la participation du plus grand nombre aux activités du Centre.

Gaston Marcotte
Gaston Marcotte est le chef d’équipe et tout un chef d’équipe avec des projets plein la vue. Il veut que le Centre soit la plus formidable institution du genre en Amérique du Nord. Il veut servir à la fois les étudiants, les professeurs, les employés de l’Université et le public en général. Il considère avoir en main deux outils incroyables : un pavillon tout neuf et une équipe compétente. Il entend jouer un rôle-clef dans le développement des sports non seulement à la Cité universitaire, mais au Québec. Sa feuille de route est une garantie de succès; c’est un mordu du sport, un universitaire chevronné, un entraîneur hors pair et, ma foi, un assez bon journaliste. Il est l’auteur d’une vingtaine de publications. Il sera à la fois l’administrateur numéro un et l’âme dirigeante de l’équipe de direction du Centre.